Sexothérapie

Les neurotransmetteurs jouent un rôle très important dans l'attitude sexuel des gens. Habituellement, les individus atteints de trouble psychiatrique ont des troubles sexuels. Ils ont besoin d'une prise en charge avec un sexologue.

troubles sexuels

Les maladies psychologiques entraînent les troubles sexuels

A part leur pathologie, le traitement médicamenteux affecte les neurotransmetteurs, avec des effets sur la santé sexuelle du patient. Les causes des troubles peuvent être

  • Des perturbations psychotiques ou des troubles d’humeur,
  • Des troubles anxieux,
  • Des troubles de la personnalité,
  • Des troubles du comportement et alimentaire
Vous pouvez nous joindre au +1 323-913-4688 ou via notre formulaire pour obtenir un Rendez-vous

Problèmes sexuels chez les malades atteints de troubles anxieux

L’anxiété est une sensation normale mais qui, dans les troubles anxieux, devient pesante, et pénible pour avoir une vie normale. L’anxiété liée à l’activité sexuelle ou les enjeux relationnels rattachés, comme l’intimité ou le refus de la part du partenaire, peut entrainer des troubles sexuels et la contestation de la sexualité. Le trouble sexuel le plus habituel est l’éjaculation précoce qu’on trouve chez presque 50 % des malades. Par contre, les femmes ont des troubles plus courants dans le désir, l’excitation et l’insatisfaction dans l’activité sexuelle.

La situation post-traumatique simule le fonctionnement émotionnel des malades. Ceci peut avoir des effets sur leur désir sexuel. On constate des troubles sexuels chez plus de 80 % de ces patients. D’après une étude, leurs complications sexuelles augmentent après l’administration des antidépresseurs. On doit donc bien choisir les médicaments.

Troubles sexuels causés par les complexités psychotiques

La schizophrénie  est une maladie mentale qui se manifeste par l’existence de symptômes négatifs, comme l’apathie, l’aboulie et l’affect émoussé. Ces symptômes conduisent au disfonctionnement sexuel et diminuent les possibilités de relations intimes et de pratiques sexuelles. Les schizophrènes s’enthousiasment moins dans les rapports sexuels et ressentent moins de satisfaction. Cela est lié à l’austérité de leur psychopathologie. Cependant,  les actions auto-érotiques sont fréquentes.

Les antipsychotiques créent des troubles sexuels à travers différents mécanismes, comme l’hyperprolactinémie et leur réaction antidopaminergique, leur effet antiadrénergique, antihistaminique, et antimuscarinique. Certains antipsychotiques atypiques connaissent moins d’effets secondaires dans la sexualité que les antipsychotiques typiques. Ainsi, ils peuvent être bénéfiques pour les pratiques sexuelles. Les effets secondaires négatifs des antipsychotiques sur la sexualité simulent la tolérance médicamenteuse des malades.